Réglementation sur les défibrillateurs en Andalousie

Décret 22/2012 de la Junta de Andalucía sur la cardioprotection

Décret sur les défibrillateurs DEA en Andalousie

Réglementation des défibrillateurs en Andalousie

DECREE 22 / 2012, de 14 de février, par lequel l’utilisation de défibrillateurs externes automatisés est réglementée en dehors du domaine sanitaire et son registre est créé.

La Constitution, dans son article 43, reconnaît le droit à la protection de la santé et établit qu'il appartient aux pouvoirs publics d'organiser et de protéger la santé publique, par des mesures préventives et les prestations et services nécessaires.

Le Statut d'autonomie de l'Andalousie établit dans son article 55.2 que la Communauté autonome d'Andalousie a une compétence partagée en matière de santé intérieure et, en particulier et sans préjudice de la compétence exclusive qui lui est attribuée par l'article 61, gestion, planification, détermination, réglementation et l'exécution des services et prestations de santé publique, socio-sanitaires et de santé mentale à tous les niveaux et pour l'ensemble de la population et l'ordonnance et l'exécution des mesures visant à préserver, protéger et promouvoir la santé publique à tous les niveaux.

La loi 14/1986, du 25 avril, sur la santé générale, a pour objet la réglementation générale de toutes les actions qui permettent de rendre effectif le droit à la protection de la santé, tel qu'établi dans son article 1.1, et établit dans son article 6.4 que le les actions des administrations de la santé publique viseront à garantir, entre autres, les soins de santé dans tous les cas de perte de santé. De même, la loi 14/1986, du 25 avril, précitée, prévoit dans son article 24 que les activités publiques et privées qui, directement ou indirectement, peuvent avoir des conséquences négatives pour la santé, seront soumises par les organes compétents à des limitations préventives de nature administrative, selon aux règlements de base de l'État.

Dans le même sens, la loi 2/1998 du 15 juin sur la santé andalouse, dans son article 21.1, prévoit que les administrations publiques d'Andalousie, dans le cadre de leurs compétences respectives, établiront et conviendront des limitations de nature administrative en ce qui concerne aux activités publiques et privées qui, directement ou indirectement, peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé. D'autre part, dans son article 6.1.a), il prévoit que les citoyens, en vertu de la loi susmentionnée, sont titulaires et jouissent, en ce qui concerne les services de santé publique en Andalousie, du droit aux prestations et services de santé individuels et collectifs, conformément aux aux dispositions de la réglementation en vigueur. De même, il oblige l'administration de la santé publique de la Communauté autonome, dans son article 18.1, à développer des soins de santé complets, garantissant la continuité des soins, comprenant autant d'actions de santé que nécessaire.

La loi 2/2002 du 11 novembre sur la gestion des urgences en Andalousie, dans son article 1.1, considère comme gestion des urgences l'ensemble des actions des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, visant à la protection de la vie et de l'intégrité des personnes et des biens, envisageant, entre autres, des situations non catastrophiques qui nécessitent des actions de nature multisectorielle et l'adoption de mesures spéciales de coordination pour les services opérationnels, et à l'article 1.2, il prévoit que pour mener à bien lesdites actions, les administrations publiques établiront un système intégré qui répond à une coordination, une direction et un contrôle efficaces des actions nécessaires, fondés sur une collaboration entre eux et, le cas échéant, avec des entités privées et le grand public. Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès dans le monde occidental et, parmi elles, la mort subite cardiaque occupe une place prépondérante, suite à un arrêt cardiaque secondaire principalement à la fibrillation ventriculaire. La plupart des morts cardiaques subites surviennent en dehors du milieu hospitalier.

La prise en charge correcte de l'arrêt cardiorespiratoire consiste en l'application précoce d'une série d'actions appelées la chaîne de survie qui comprend, dans cet ordre, la reconnaissance de la situation et l'activation du système d'urgence sanitaire, le démarrage immédiat des manœuvres d'assistance à la vie de base, la défibrillation électrique précoce et l'introduction rapide de techniques avancées de réanimation.

Le seul traitement efficace contre la fibrillation ventriculaire est la défibrillation électrique précoce, la participation du premier intervenant est donc essentielle.

Les progrès technologiques ont permis l'apparition d'une série de défibrillateurs qui, en raison de leurs caractéristiques et de leur fonctionnement, et selon les preuves scientifiques disponibles, les rendent adaptés à une utilisation par du personnel extérieur à la profession de santé en dehors de l'environnement sanitaire. Ils sont appelés défibrillateurs externes automatisés.

Un objectif clé du plan andalou d'urgence et d'urgence depuis sa mise en œuvre est les soins de santé d'urgence dans les plus brefs délais et avec des niveaux élevés de qualité et d'efficacité, où le facteur clé est la continuité des soins et l'intégration des actions de toutes les personnes impliquées .

Le décret royal 365/2009 du 20 mars, réglementation de base de l'État, établit les conditions et exigences minimales de sécurité et de qualité dans l'utilisation de défibrillateurs externes automatiques et semi-automatiques en dehors du domaine de la santé.

En Andalousie, l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical est réglementée par le décret 200/2001 du 11 septembre, qui réglemente l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical dans la Communauté autonome d'Andalousie.

L'expérience accumulée depuis l'approbation du décret 200/2001 du 11 septembre, les innovations introduites dans les réglementations de base de l'État, les preuves scientifiques actuelles disponibles à cet égard, le degré élevé de sensibilisation de la société au problème de la mort cardiaque subite , et l'intérêt de l'administration de la santé de la Junta de Andalucía à promouvoir et à faciliter l'utilisation de défibrillateurs en dehors du domaine de la santé, compte tenu de la possibilité évidente d'améliorer les attentes de survie grâce à la solidarité citoyenne, conseille de procéder à l'approbation d'une nouvelle norme qui réglemente dans le Communauté autonome d'Andalousie l'utilisation de défibrillateurs externes automatisés, le caractère obligatoire de leur disponibilité dans certains espaces où il y a une forte concurrence de personnes et il y a une probabilité d'arrêt cardiaque, et la création du Registre andalou des défibrillateurs automatisés externes. En vertu, sur proposition du ministre chargé de la santé, conformément aux dispositions des articles 21.3, 27.9 et

44 de la loi 6/2006, du 24 octobre, du Gouvernement de la Communauté autonome d'Andalousie, en accord avec le Conseil consultatif d'Andalousie et après délibération du Conseil de gouvernement, lors de sa réunion tenue en février 2012,

 

J'AI

 

Article 1

Objet

 

Le but de ce décret est de réglementer l'utilisation des défibrillateurs externes automatisés, ci-après défibrillateurs, en dehors du domaine de la santé, d'établir l'obligation de leur disponibilité dans certains espaces, publics ou privés, et de créer le Registre andalou des défibrillateurs externes automatisés.

 

Article 2

Définitions

 

Aux fins du présent décret, on entend par :

  • a) Défibrillateur externe automatisé ou DEA : Dispositif médical destiné à analyser le rythme cardiaque, à identifier les arythmies mortelles nécessitant une défibrillation et à administrer, avec l'intervention d'une personne, un choc électrique afin de rétablir un rythme cardiaque viable avec un haut niveau de sécurité. Cette définition inclut également les défibrillateurs externes dits automatisés.
  • b) Grande surface commerciale : Tout établissement individuel ou collectif dans lequel s'exerce une activité de commerce de détail et disposant d'une surface utile d'exposition et de vente au public de plus de deux mille cinq cents mètres carrés.
  • c) Etablissements publics : les locaux, lieux ou équipements publics figurant dans la Liste et le Catalogue des spectacles publics, des activités récréatives et des établissements publics de la Communauté autonome d'Andalousie, approuvés par le décret 78/2002 du 26 février, dans ceux qui célèbrent ou pratiquer des spectacles publics ou des activités récréatives.
  • d) Espace sportif : Espace physique dans lequel se déroule l'activité sportive.
  • e) Installation sportive : Ensemble composé d'un ou plusieurs espaces sportifs et des espaces de services auxiliaires indispensables à son fonctionnement.
  • f) Centre sportif : L'installation sportive qui dispose d'un ensemble d'espaces sportifs relevant d'une même unité de gestion dans un emplacement commun de celle-ci.
  • g) Complexe sportif : Ensemble d'installations sportives proches et reliées les unes aux autres, avec plusieurs points d'accès différents aux différents espaces sportifs.
  • h) Installations sportives à accessibilité restreinte : les installations sportives rattachées à des centres à usage non sportif prioritaire et qui ne sont pas accessibles à la population générale, mais qui desservent exclusivement des centres militaires, de police et de sécurité, des séminaires et des prisons. .
  • i) Capacité : Occupation publique maximale autorisée par la réglementation en vigueur dans les établissements destinés à la célébration ou à la pratique de spectacles publics ou d'activités récréatives.
  • j) Afflux quotidien moyen : nombre moyen de personnes qui se rendent chaque jour dans un espace ou un lieu spécifique, obtenu en divisant l'afflux annuel total de personnes dans cet espace spécifique par le nombre de jours pendant lesquels cet espace spécifique a été mis à la disposition du public cette année-là. .
  • k) Intervenant : La personne qui utilise un défibrillateur externe automatisé en dehors du milieu de soins.

 

Article 3

Espaces requis pour avoir un défibrillateur

 

Les personnes physiques ou morales chargées de la gestion ou de l'exploitation des espaces ou lieux suivants seront tenues de disposer d'un défibrillateur en état de fonctionnement adapté et prêt à l'emploi immédiat :

  • a) Grands magasins de détail.
  • b) Les moyens de transport suivants : Aéroports et ports de commerce, gares routières ou ferroviaires ou arrêts dans les villes de plus de 50.000 5.000 habitants et stations de métro avec une affluence quotidienne moyenne de XNUMX XNUMX personnes ou plus.
  • c) Installations, centres ou complexes sportifs dont le nombre d'utilisateurs quotidiens, compte tenu de tous les espaces sportifs disponibles, est égal ou supérieur à 500. Sont exclues les installations sportives à accessibilité restreinte.
  • d) Les établissements publics d'une capacité égale ou supérieure à 5.000 XNUMX personnes.

 

Article 4

Exigences d'installation du défibrillateur

 

  1. Les défibrillateurs installés, conformément au décret royal 365/2009 du 20 mars, doivent être conformes aux dispositions du décret royal 1591/2009 du 16 octobre, qui réglemente les dispositifs médicaux, portant le marquage CE qui garantit sa conformité avec la exigences essentielles qui leur sont applicables.
  2. Les personnes physiques ou morales responsables de la gestion ou de l'exploitation des espaces ou lieux où un défibrillateur est installé pour une utilisation en dehors du domaine de la santé seront responsables d'en garantir l'entretien et la conservation, conformément aux instructions du fabricant.
  3. Les endroits où un défibrillateur est disponible auront un espace visible et adéquat pour son installation, et son emplacement doit être marqué clairement et simplement en utilisant la signalisation universelle recommandée par le Comité international de coordination de la réanimation (ILCOR), selon le modèle qui figure à l'annexe III . Cet emplacement doit être dûment identifié sur les plans ou plans informatifs du lieu, le cas échéant. À côté du défibrillateur, les instructions d'utilisation seront visibles.

 

Article 5

Communication de l'installation de défibrillateurs

  1. Les personnes physiques ou morales responsables de la gestion ou de l'exploitation de ces espaces ou lieux qui sont soit tenus par le présent décret de disposer d'un défibrillateur, soit ne le sont pas, et ont volontairement l'intention de l'installer pour une utilisation en dehors de l'environnement des soins de santé, conformément à l'arrêté royal 365/2009, du 20 mars, qui établit les conditions et exigences minimales de sécurité et de qualité dans l'utilisation de défibrillateurs externes automatiques et semi-automatiques en dehors du domaine de la santé, ils doivent communiquer ladite installation au ministère compétent en matière de santé.
  2. Cette communication doit préciser le lieu d'installation du défibrillateur et ses caractéristiques techniques. De même, il doit contenir une déclaration sous la responsabilité de ladite personne par laquelle elle s'engagera à respecter les exigences d'installation et d'utilisation des défibrillateurs incluses dans le présent décret et garantira la disponibilité de personnel ayant des connaissances de base et minimales dans le domaine de la cardiopulmonaire. réanimation, assistance vitale de base et utilisation du défibrillateur dans l'environnement dans lequel le défibrillateur est installé pendant toutes les heures d'ouverture au public.
  3. La communication d'installation du défibrillateur se fera selon le modèle qui figure à l'annexe I.

 

Article 6

Promotion de l'installation de défibrillateurs en dehors du domaine de la santé

 

Les administrations sanitaires de la Communauté autonome d'Andalousie, dans le cadre de leurs compétences, favoriseront et recommanderont l'installation et l'utilisation de défibrillateurs en dehors du domaine de la santé dans les lieux et les espaces où, même si elles n'y sont pas obligées, leur installation peut être considéré comme approprié. De même, la formation sera promue avec des contenus sur le maintien de la vie de base et la gestion des défibrillateurs.

 

Article 7

Personnes autorisées à utiliser le défibrillateur

 

  1. Toute personne peut utiliser un défibrillateur, à condition d'avoir des connaissances de base et minimales vérifiables en termes de réanimation cardiorespiratoire, de maintien de la vie de base et d'utilisation du défibrillateur, ou d'être titulaire d'un baccalauréat en médecine et chirurgie ou d'un diplôme en médecine. , ou Diplôme Universitaire d'Infirmier ou Diplôme d'Infirmier, ou Formation Professionnelle de Technicien des Urgences Sanitaires.
  2. Par arrêté du responsable du ministère de la Santé, la formation nécessaire à l'utilisation d'un défibrillateur sera déterminée.

 

Article 8

Utilisation du défibrillateur et assistance coordonnée

 

  1. Chaque utilisation du défibrillateur en dehors du domaine de la santé sera précédée de la notification et de l'activation du service d'urgence sanitaire d'Andalousie, avec l'activation immédiate, le cas échéant, du plan interne d'urgence ou d'autoprotection du lieu ou de l'espace en question, ou par appel téléphonique aux numéros d'urgence établis à cet effet, ou également via les dispositifs de connexion et d'activation immédiates que les défibrillateurs peuvent avoir installés, afin d'activer d'urgence toute la chaîne de survie.
  2. Après chaque incident au cours duquel un défibrillateur est utilisé en dehors du domaine de la santé, et dans un délai maximum de 72 heures, le propriétaire ou le représentant légal de l'entité dans laquelle le défibrillateur utilisé est installé doit le communiquer, en s'adaptant au modèle de communication qui apparaît comme Annexe II. Cette communication sera envoyée avec le procès-verbal imprimé sur papier que le défibrillateur lui-même fournit après son utilisation, à la Direction générale chargée de l'innovation en santé du ministère chargé de la santé.

 

Article 9

Registre andalou des défibrillateurs externes automatisés

 

  1. Le registre andalou des défibrillateurs externes automatisés est créé, qui sera un registre centralisé, rattaché à la direction générale chargée de l'innovation en santé du ministère chargé de la santé.
  2. L'objectif du registre sera de fournir au service d'urgence sanitaire andalou une carte complète du déploiement en Andalousie des défibrillateurs installés en dehors du domaine de la santé, d'améliorer l'efficacité et l'efficience de la réponse des soins à l'arrêt cardiaque, et de savoir les données liées à leur utilisation.
  3. Toutes les données contenues dans les communications d'installation du défibrillateur visées à l'article 5 et dont le modèle figure à l'annexe I, ainsi que les données contenues dans les communications d'utilisation du défibrillateur, seront enregistrées au Registre celles visées à l'article 8.2 et dont le modèle figure à l'annexe II.

 

Article 10

Commission de surveillance de l'utilisation des défibrillateurs

 

  1. La Commission de suivi de l'utilisation du défibrillateur est créée en tant qu'organe collégial à caractère consultatif et consultatif rattaché à la Direction générale chargée de l'innovation en santé du ministère chargé de la santé.
  2. Il sera composé de la personne qui en exerce la Présidence, du Secrétariat et d'un maximum de dix membres, tous représentants du monde scientifique et experts, choisis pour leur prestige et leur compétence reconnus en réanimation cardiorespiratoire, et nommés par la personne en charge de la Direction Générale compétente en matière d'innovation sanitaire du Département chargé de la santé, pour une durée de quatre ans, garantissant le principe d'une composition équilibrée entre les femmes et les hommes.
  3. Son régime de fonctionnement sera déterminé par arrêté du responsable du ministère compétent en matière de santé.
  4. Les fonctions de la Commission seront les suivantes :
    a) Évaluer l'utilisation des défibrillateurs en dehors du milieu de soins.
    b) Conseiller la direction générale compétente en matière d'innovation sanitaire du ministère chargé de la santé sur les questions qu'il juge appropriées en relation avec l'utilisation des défibrillateurs.
    c) Faire des propositions à la Direction générale chargée de l'innovation en santé du Ministère chargé de la santé pour favoriser l'installation et l'utilisation des défibrillateurs.
    d) Promouvoir les activités jugées appropriées pour promouvoir la formation et la recherche sur les soins de base et l'utilisation des défibrillateurs.
    e) Mettre à jour et diffuser les procédures d'utilisation correcte des défibrillateurs.
    f) Toutes autres fonctions qui lui sont attribuées par le Ministère chargé des questions de santé, en rapport avec les matières réglementées par le présent décret.

 

Article 11

Les infractions

 

  1. Le non-respect des obligations établies dans le présent décret sera considéré comme une infraction administrative, conformément aux dispositions de l'article trente-cinq de la loi 14/1986, du 25 avril, de la santé générale, à l'article 25 de la loi 2/ 1998, de juin 15, de Salud de Andalucía, et donnera lieu, instruction préalable de la procédure appropriée, à l'imposition des sanctions administratives correspondantes.
  2. Les infractions sanitaires mineures seront considérées, conformément aux dispositions de l'article trente-cinq A) 1.a et 2.a de la loi 14/1986, du 25 avril :
    a) L'utilisation d'un défibrillateur sans avoir un minimum de connaissances pour son utilisation, conformément aux dispositions de l'article.
    b) Ne pas disposer d'un espace adéquat et correctement identifié pour l'installation du défibrillateur, conformément aux dispositions de l'article 4.3, lorsque l'altération ou le risque pour la santé produit est mineur.
    c) A défaut d'informer les services d'urgence sanitaire immédiatement avant d'utiliser le défibrillateur avec l'activation, le cas échéant, du plan d'urgence interne ou de l'autoprotection du lieu en question, pour activer la chaîne de survie, comme prévu à l'article 8.1. , lorsque l'altération ou le risque pour la santé produit est mineur.
  3. Ils seront considérés comme des atteintes graves à la santé conformément aux dispositions de l'article trente-cinq B) de la loi 14/1986, du 25 avril, et de l'article 25.1.c) de la loi 2/1998, du 15 juin. :
    a) Ne pas disposer d'un espace adéquat et correctement identifié pour l'installation du défibrillateur, conformément aux dispositions de l'article 4.3, lorsque cela entraîne des dommages graves pour la santé des personnes.
    b) A défaut d'aviser les services d'urgence sanitaire immédiatement avant l'utilisation du défibrillateur, avec déclenchement, le cas échéant, du plan d'urgence interne ou d'autoprotection du lieu concerné, pour activer la chaîne de survie, comme prévu à l'article 8.1, lorsqu'il s'agit d'atteintes graves à la santé des personnes.
    c) Non-respect des exigences d'installation des défibrillateurs prévues par le décret royal 1591/2009 du 16 octobre, conformément aux dispositions de l'article 4.1.
    d) Le défaut d'informer le Ministère chargé des questions de santé de l'installation d'un défibrillateur, ou de le faire sans fournir les informations nécessaires telles que prévues à l'article 5.
    e) Défaut de notification au ministère chargé des questions de santé de l'utilisation d'un défibrillateur en dehors du domaine de la santé, dans le délai établi de 72 heures après celui-ci, conformément aux dispositions de l'article 8.2.
    f) Ne pas garantir l'entretien et la conservation dans les conditions d'utilisation des défibrillateurs, comme prévu à l'article 4.2.
    g) Récidive au cours des trois derniers mois dans la commission des délits mineurs prévus à l'article 2.
  4. Il s'agit d'infractions très graves conformément aux dispositions de l'article trente-cinq C) de la loi 14/1986 du 25 avril :
    a) La violation consciente et délibérée des obligations établies dans le présent décret lorsqu'elle produit des dommages graves aux personnes.
  5. b) Le refus absolu de fournir des informations ou de collaborer à l'activité d'inspection.
  6. c) Récidive au cours des cinq dernières années dans la commission des infractions graves prévues à l'article 3.

 

Article 12

sanctions

 

  1. Les infractions seront sanctionnées par des amendes et autres mesures prévues à l'article trente-six, sections 1 et 2 de la loi 14/1986, du 25 avril, et à l'article 27 de la loi 2/1998, du 15 juin. .
  2. Les organes compétents pour l'imposition d'amendes seront ceux qui, sur la base de leur montant, sont établis à l'article 27.2 de la loi 2/1998, du 15 juin, et le règlement en vigueur sur la décentralisation des pouvoirs en matière de sanction dans le domaine de le ministère chargé de la santé.

 

Première disposition complémentaire

Traitement par voie télématique

 

Le ministère compétent en matière de santé adoptera les mesures appropriées pour que la communication de l'installation d'un défibrillateur en dehors du domaine de la santé, ainsi que la communication de son utilisation, puisse être effectuée par voie télématique, dans les termes, avec les exigences et avec les garanties prévues par la réglementation en vigueur sur le traitement électronique.

 

Deuxième disposition additionnelle

Efficacité du Greffe et constitution du dossier

 

La mise en œuvre effective du Registre andalou des défibrillateurs externes automatisés entraînera la création du fichier de données personnelles correspondant, qui sera effectué par ordre du responsable du ministère compétent en matière de santé, conformément aux dispositions de l'article 20.2 de la loi organique 15/1999, du 13 décembre, protection des données personnelles.

 

Troisième disposition additionnelle

Concurrence des municipalités.

 

Les mairies, en vertu des compétences qui leur sont attribuées en matière de santé publique par l'article 9.13 de la loi 5/2010, du 11 juin, sur l'autonomie locale de l'Andalousie, peuvent recommander dans leurs plans locaux de santé, l'installation de défibrillateurs dans certains espaces publics ou privés de son territoire communal.

 

Première disposition transitoire

Adéquation des espaces et communication

 

  1. Les espaces, publics ou privés, tenus de disposer d'un défibrillateur, dans un délai de douze mois à compter de l'entrée en vigueur du présent décret, doivent se conformer aux exigences qui y sont énoncées.

Dans le délai prévu au paragraphe précédent, les espaces déjà équipés d'un défibrillateur doivent se conformer aux exigences établies.

  1. Les personnes physiques ou morales responsables de la gestion ou de l'exploitation de ces espaces ou lieux qui, à l'entrée en vigueur du présent décret, disposent déjà d'un défibrillateur installé, qu'elles soient ou non obligées de l'avoir, doivent notifier ladite installation au registre andalou. des Défibrillateurs Externes Automatisés, dans les conditions prévues à l'article 5, dans un délai de six mois à compter de l'entrée en vigueur du présent décret.

 

Deuxième disposition transitoire

Commission de suivi

 

Jusqu'à la constitution effective et le début du fonctionnement de la Commission de Surveillance de l'utilisation du défibrillateur, l'Arrêté du Ministère de la Santé du 7 mai 2002, qui réglemente la composition et le fonctionnement de la Commission, restera en vigueur. de l'utilisation de défibrillateurs externes semi-automatiques par du personnel non médical.

 

Troisième disposition transitoire

Formation

 

Jusqu'à la mise en œuvre du règlement sur la formation à l'utilisation de défibrillateurs externes automatisés en dehors du domaine de la santé, par arrêté du

responsable du ministère compétent en matière de santé, l'arrêté du ministère de la santé du 7 mai 2002, qui détermine le centre et l'établissement qui coordonneront les programmes de formation initiale et continue en réanimation cardiorespiratoire de base et utilisation des semi-automatiques externes défibrillateurs et la procédure d'autorisation pour les centres et les institutions d'enseigner des cours est établie.

 

Disposition dérogatoire unique

Abrogation réglementaire

 

Toutes les dispositions de rang égal et inférieur qui s'opposent aux dispositions du présent décret et, en particulier, du décret 200/2001 du 11 septembre, qui réglemente l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical dans la Communauté autonome d'Andalousie.

 

première disposition finale

Développement et exécution

 

Le ministre de la santé est autorisé à élaborer et à exécuter le présent décret et, notamment, à modifier le contenu de ses annexes.

 

Deuxième disposition finale

Entrée en vigueur

 

Ce décret entrera en vigueur vingt jours après sa publication au Journal officiel de la Junta de Andalucía.

 

Séville, le 14 février 2012

JOSÉ ANTONIO GRIÑÁN MARTÍNEZ

Président de la Junte d'Andalousie

 

MARIA JÉSUS ​​MONTERO CUADRADO

Conseiller en santé

 

Téléchargez ici le réglementation sur les défibrillateurs DEA DESA en Andalousie

 

Nous sommes des installateurs de défibrillateurs et des points de sauvetage cardiaque

 

Neosalus Andalucía nous réalisons des installations de défibrillateurs DEA, nous effectuons la maintenance et la formation des équipements en SVB et l'utilisation du défibrillateur pour se conformer à la réglementation sur les défibrillateurs externes semi-automatiques, services complets de cardioprotection en Andalousie. Contactez-nous en Andalousie pour toute installation, maintenance ou réparation d'équipements DAE dont vous pourriez avoir besoin, dans des établissements que nous certifions des espaces cardioprotégés en Andalousie.

articles connexes

Image(s)
Entreprise de cardioprotection experte dans les espaces cardioprotégés avec services d'installation de défibrillateurs, maintenance et réparation d'équipements AED. Académie de secourisme certifiée avec cours Basic Life Support et utilisation du défibrillateur, formation 100% subventionnée.
Image(s)
Image(s)

Lo plus leido

Contact

PCiTAL, Bâtiment Incuba, Bureau 1.7, 25003 Lleida
neosalus@neosalus.com
+34 900 52 56 78

Assistance technique 24h/XNUMX

+34 646 20 26 16
+34 902 02 72 76
sat24@neosalus.com

Image(s)