Réglementation sur les défibrillateurs DEA aux Baléares

Décret-loi sur la cardioprotection à Majorque, Minorque, Ibiza et Formentera

Réglementation sur les défibrillateurs externes aux îles Baléares

Règlement sur les défibrillateurs Illes Balears

DÉCRET 137/2008 du 12 décembre, qui réglemente l'utilisation de défibrillateurs externes semi-automatiques dans les centres non sanitaires des îles Baléares.

L'article 43 de la Constitution espagnole reconnaît le droit à la protection de la santé et la compétence des pouvoirs publics pour organiser et protéger la santé publique. Dans le développement de ce précepte juridique, la loi 14/1986 du 25 avril sur la santé générale a été approuvée comme instrument de réglementation générale de toutes les actions permettant de rendre effectif le droit à la protection de la santé, de manière à ce que les actions des les administrations sanitaires sont orientées pour garantir les soins de santé dans tous les cas de perte de santé.

Dans ce cadre juridique, l'Administration de la Communauté autonome s'engage à répondre au mandat contenu dans l'article 15 de la Constitution, qui reconnaît le droit à la vie, à l'intégrité physique et à la santé des personnes à travers un système public qui assure la gestion et soins de santé immédiats.

Le plan qualité du système national de santé comprend, entre autres, la stratégie sur les maladies cardiaques ischémiques, visant à assurer aux patients atteints de maladies cardiaques une prise en charge basée sur l'excellence clinique. La défibrillation précoce est un objectif de cette stratégie, en tant qu'élément fondamental de celle-ci, et elle recommande d'établir un cadre légal pour l'implantation de défibrillateurs externes semi-automatiques (ci-après DESA) dans les lieux publics, dans des conditions égales sur tout le territoire national.

L'article 30.48 du Statut d'autonomie des îles Baléares, modifié par la loi organique 1/2007 du 28 février, attribue à la Communauté autonome des îles Baléares le pouvoir de promouvoir la santé dans tous les domaines, dans le cadre des bases et de la coordination générale de la santé, et à l'article 31.4, la compétence d'élaboration et d'exécution législative en matière de santé et de santé, ainsi que la formation sanitaire spécialisée, et à l'article 31.11 dans les matières correspondant au domaine de la protection civile et des urgences.

Les recommandations des sociétés scientifiques de prestige reconnu visent, à ce stade, l'introduction ordonnée de défibrillateurs externes semi-automatiques dans les lieux publics ou privés où un grand nombre de personnes sont concentrées ou transitent.

La réponse efficace, face à un événement vital pouvant nécessiter une défibrillation, consiste à réduire le délai entre la survenance du problème, l'intervention précoce du personnel non médical, la défibrillation, l'appel aux secours/urgences 112/061 et son arrivée pour prendre en charge la situation, en intégrant le personnel non médical (services d'urgence, citoyens...) dans la soi-disant « chaîne de survie ».

Ce décret vise à réglementer de manière uniforme l'utilisation des défibrillateurs semi-automatiques externes par le personnel non médical, ainsi que l'établissement de la procédure d'accréditation et du programme de formation minimum qui forme à leur utilisation.

Conformément à la loi 5/2003 du 4 avril sur la santé des îles Baléares, les soins de santé sont assurés par des soins de santé complets pour la population grâce à des dispositifs de soins d'urgence et d'urgence sanitaire et, en même temps, il oblige la santé Administration pour améliorer continuellement la formation dans le domaine de la santé, exigeant des actions d'intervention visant à prévenir les situations à risque.

La loi 2/1998, du 13 mars, sur la gestion des urgences dans les îles Baléares a établi un système public de gestion des urgences dans notre communauté autonome, inspiré par les principes de diligence, rapidité, proportionnalité et efficacité, entre autres, qui ont été complétés par l'approbation de la loi 3/2006, du 30 mars, sur la gestion des urgences des îles Baléares, qui confirme ledit engagement qui ratifie la politique de prévention et de gestion intégrale des urgences comme une priorité absolue, entreprenant la réglementation de certains aspects de la soi- appelée urgence ordinaire, c'est-à-dire les situations qui se produisent lors de la survenance d'un événement inattendu qui implique une altération de l'état normal des personnes..., avec des répercussions négatives ; un concept dans lequel nous devons placer, sans aucun doute, ces accidents cardiovasculaires qui conduisent parfois à ce qu'on appelle la «mort subite».

Pour toutes ces raisons, et sur proposition des chefs du ministère de la Santé et de la Consommation et du ministère de l'Intérieur, en accord avec le Conseil consultatif de la Communauté autonome des îles Baléares et après l'avoir examiné le Conseil de gouvernement, dans le séance du jour 12 décembre 2008

 

DÉCRET

Chapitre I

 

Dispositions Générales

 

Article 1

Objet et portée

 

  1. Ce décret a pour objet :

 

  • a) Réglementer les conditions et exigences minimales d'utilisation et d'entretien des défibrillateurs externes semi-automatiques (ci-après DEA) en dehors du domaine de la santé, par du personnel non titulaire d'un baccalauréat en médecine ou d'un diplôme universitaire en soins infirmiers, sur le territoire de les îles Baléares.
  • b) Établir le programme minimum de formation, ainsi que la procédure d'accréditation des personnes et entités impliquées dans les processus de formation et/ou d'utilisation de celles-ci.
  • c) Créez les enregistrements suivants :
  1. Le registre DESA et les établissements et installations qui en disposent.
  2. Le Registre des Entités de Formation à l'Utilisation du DESA.
  3. Ce décret s'applique uniquement aux défibrillateurs qui sont placés dans des lieux où il y a une présence (fixe ou temporaire) du public ; Par conséquent, ceux destinés à un usage privé uniquement sont exclus.

 

Article 2

Concept DEA

 

Aux fins de ce qui est établi dans le présent décret, on entend par DESA le dispositif médical destiné à analyser le rythme cardiaque, à identifier les arythmies mortelles soumises à défibrillation et à administrer un choc électrique afin de rétablir un rythme cardiaque viable avec des niveaux de sécurité élevés. . Cette définition inclut les défibrillateurs externes automatisés.

 

Article 3

Personnel formé à l'utilisation d'un DESA

 

Un DESA peut être utilisé, en plus du personnel médical et infirmier, par toutes les personnes qui ont suivi une formation initiale théorique et pratique en Basic Life Support et à l'utilisation du DESA et, le cas échéant, ont mis à jour leurs connaissances grâce à la formation continue correspondante. ou le recyclage, de la manière établie dans le présent décret.

 

Chapitre II

Exigences et obligations pour l'utilisation, l'installation et la maintenance des DESA

 

Article 4

Installation et maintenance de DAE

 

  1. Les personnes physiques ou morales, publiques ou privées, qui souhaitent installer un ou plusieurs DESA dans leurs locaux doivent introduire, au préalable, auprès de la Direction Générale de l'Evaluation et de l'Accréditation une demande d'inscription au Registre des DESA créé à cet effet dans le présent arrêté. . Ce registre et ses modifications seront accessibles à tout moment par la Direction générale des urgences pour son intégration dans le service d'urgence des îles Baléares, 112. De même, les informations seront disponibles au service de santé des îles Baléares, à travers 061 .
  2. Avec la demande, les personnes ou entités intéressées doivent fournir les documents suivants :
  • a) DNI/NIF de la personne physique ou morale propriétaire de l'entité, de l'entreprise, de l'établissement ou du service qui entend disposer du DESA. Dans le cas de personnes morales, le nom de la personne qui détient la représentation légale et la documentation qui prouve cette condition.
  • b) Marque, modèle et numéro de série du défibrillateur à installer, ainsi que le certificat du fabricant attestant qu'il est conforme à toutes les réglementations applicables et le numéro de l'organisme qui a accordé le marquage CE.
  • c) Espace physique spécifique où sera situé le défibrillateur et voies d'accès à celui-ci.
  1. Toute variation des informations contenues dans la documentation fournie conformément aux dispositions de la section précédente, doit être communiquée à la Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation dans les quinze jours à compter de sa survenance et, en particulier, du retrait du défibrillateur. .
  2. Les organisations, institutions et entreprises publiques ou privées ou personnes physiques inscrites au Registre visées au présent article placeront, dans un lieu visible et face au public, un panneau indiquant l'existence et l'emplacement d'un ou plusieurs défibrillateurs, dans lequel doit figurer le règles d'utilisation, avec le message suivant : 'Attention. Établissement équipé d'un défibrillateur externe semi-automatique», qui doit également comporter un panneau carré vert avec une croix blanche dans le coin supérieur droit et un cœur blanc traversé par une image d'un rayon vert indiquant les services d'urgence, tel qu'énuméré à l'annexe VI.
  3. Le DESA doit être installé de préférence à côté d'un téléphone permettant une communication immédiate avec le 112/061.
  4. Les personnes physiques ou morales, organismes, institutions et entreprises, publiques ou privées, qui installent un DESA dans leurs locaux seront responsables d'en garantir la maintenance et l'entretien, conformément aux instructions du fabricant de l'équipement.

 

Article 5

Utilisation du DEA

 

  1. L'utilisation d'un DESA doit être communiquée sans délai au numéro 112/061, afin de garantir la continuité des soins et le contrôle médical de la personne concernée.
  2. En outre, l'utilisation d'un DESA doit être signalée à la Direction Générale de l'Evaluation et de l'Accréditation par le biais du document qui figure à l'Annexe IV du présent Décret, qui doit être transmis dans les trois jours par le responsable du lieu ou de l'établissement où le événement s'est produit.
  3. Le document visé à l'article précédent peut également être remis au responsable du service d'urgence/d'urgence agissant.

 

Chapitre III

Formation, accréditation et contrôle

 

Article 6

Programme de formation

 

  1. Le programme de formation vise à former les bénéficiaires aux techniques de Réanimation Cardio-Respiratoire (RCR), à obtenir de meilleurs résultats dans le traitement de l'arrêt cardio-respiratoire (CPA), et plus précisément à acquérir la connaissance et la maîtrise des DEA et à les intégrer dans des algorithmes de RCR dans la chaîne de survie.
  2. Le programme minimum de formation à l'utilisation du DESA sera conforme au programme établi à l'annexe I du présent décret.
  3. Le programme de formation à l'utilisation des DEA s'adresse aux non-professionnels de la santé et à toutes les personnes intéressées à pouvoir utiliser un DEA en cas de besoin, en acquérant les connaissances minimales nécessaires sur le fonctionnement spécifique de ce type d'appareil et les actions à prendre effectuer dans des situations d'urgence et d'urgence.
  4. L'âge minimum pour accéder à la formation soumise à la réglementation du présent décret sera de 18 ans, vous devez être au moins titulaire d'un diplôme d'études supérieures ou équivalent et avoir suivi un module de base en maintien de la vie.
  5. Le programme de formation doit être suivi dans son intégralité pour obtenir le certificat permettant l'utilisation du DESA.

 

Article 7

Accréditation des entités de formation

 

  1. Les entités publiques ou privées ou les personnes physiques intéressées à dispenser les activités de formation réglementées par le présent décret doivent demander l'accréditation correspondante auprès de la Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation.
  2. A cet effet, ils doivent déposer auprès de la Direction générale précitée un formulaire de candidature standardisé, accompagné des pièces suivantes :
  • a) Données d'identification de l'Entité, accompagnées d'une copie du DNI s'il s'agit d'une personne physique ou acte public de constitution s'il s'agit d'une personne morale ou Statuts ou Contrat de Création s'il s'agit d'une entité publique.
  • b) Rapport justifiant les activités à réaliser, précisant le programme du cours, qui doit comprendre des cours théoriques et pratiques, précisant le nombre d'heures qui seront consacrées à chacun des modules.
  • c) Liste des professeurs accompagnés de leurs qualifications, qui doivent être en possession d'un Baccalauréat en Médecine, d'un Diplôme BOIB n° 178 20-12-2008 345 University in Nursing ou basic life support instructors accrédités par les sociétés scientifiques American Heart Association ou par le Conseil européen de réanimation.
  • d) Centre ou centres où l'activité d'enseignement sera enseignée, ainsi que la manière et le lieu dans lesquels les modules pratiques seront enseignés.
  • e) Conditions d'inscription et nombre de places offertes (pas plus de 25).
  • f) Directeur du cours, titulaire d'un diplôme en médecine ou d'un diplôme universitaire en sciences infirmières.
  • g) Matériel disponible pour réaliser les activités de formation, qui sera conforme aux dispositions de l'annexe II.
  1. Le directeur général de l'évaluation et de l'accréditation émettra une résolution motivée accordant ou refusant l'accréditation. Cette résolution n'épuise pas la voie administrative et, par conséquent, peut être déposée contre recours devant le ministre de la santé et de la consommation.
  2. La résolution par laquelle il est convenu d'accorder l'accréditation aura une validité de cinq ans et l'entité de formation doit informer la Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation de toute variation survenue dans le programme du cours accrédité.
  3. La Résolution d'Accréditation peut être révoquée, avant l'ouverture du dossier administratif correspondant, lorsque le titulaire encourt l'une des causes suivantes :
  • a) Fausse information dans la demande de formation.
  • b) Mensonge concernant les personnes qui enseignent les cours de formation.
  • c) Le non-respect de l'une des conditions ayant conduit à l'octroi de l'accréditation.
  1. Une fois le cours terminé, l'entité de formation communiquera à la Direction générale la liste des personnes qui l'ont réussi.

 

Article 8

Accréditation des formations

 

Les entités de formation agréées doivent délivrer aux étudiants ayant réussi les cours une attestation selon les modèles qui figurent à l'annexe V du présent décret. Ce certificat sera valable pour une période de trois ans.

 

Article 9

Renouvellement des accréditations

 

  1. Le certificat attestant l'achèvement du cours de formation doit être renouvelé, avant l'expiration de la période de trois ans, en suivant le cours de perfectionnement correspondant et en réussissant les tests établis à l'annexe III.
  2. Le renouvellement ainsi obtenu est valable pour une nouvelle période de trois ans à compter de la date de délivrance du certificat attestant ledit renouvellement.

 

Article 10

Homologation des formations

 

  1. La Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation peut approuver les cours suivis dans les matières figurant à l'annexe I du présent décret, ainsi que les activités de formation réalisées dans le cadre d'autres plans de formation réglementés et notamment :

 

  • a) Les activités de formation réalisées par l'EBAP avant l'entrée en vigueur du présent décret qui respectent le contenu minimum établi dans son annexe I.
  • b) Activités de formation réalisées dans d'autres communautés autonomes, à condition que leur contenu coïncide fondamentalement avec les critères énoncés dans le présent décret, après rapport favorable du Service de formation et de recherche de la Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation.
  1. La demande d'agrément doit être accompagnée :
  • a) Documents attestant la réussite du cours pour lequel l'approbation est demandée.
  • b) Programme du cours, qui doit fondamentalement coïncider avec le contenu minimum établi à l'annexe I du présent décret.
  1. Le dossier d'homologation se terminera par Résolution du responsable de la Direction Générale de l'Évaluation et de l'Accréditation, accordant ou refusant l'homologation.

 

Article 11

Inspection et contrôle

 

La Direction Générale de l'Evaluation et de l'Accréditation peut à tout moment procéder à des audits et des inspections des organismes de formation agréés afin de vérifier qu'ils continuent de répondre aux exigences pour lesquelles l'agrément a été accordé.

 

Chapitre IV

Archives

 

Article 12

Gestion de l'information. Enregistrement de l'entité

 

Sont créés les Registres suivants dépendant de la Direction Générale de l'Evaluation et de l'Accréditation :

 

  • a) Enregistrement des défibrillateurs externes semi-automatiques et des établissements ou institutions qui les ont installés dans la Communauté autonome des îles Baléares.
  • b) Enregistrement des entités de formation qui dispensent des cours de formation à l'utilisation de défibrillateurs externes semi-automatiques.

 

Article 13

Données qui accéderont au registre

 

  1. Les données qui accéderont au Registre des défibrillateurs externes semi-automatiques et aux établissements et institutions qui les ont installés dans la Communauté autonome des îles Balea sont celles énumérées à l'article 4.2 du présent décret, ainsi que celles se référant à la communication des incidents d'utilisation. du DESA visé à l'art. 5.2.
  2. Les données qui accéderont au registre des entités de formation qui dispensent des cours de formation à l'utilisation de défibrillateurs externes semi-automatiques sont les suivantes :
  • a) Entités de formation accréditées conformément à la procédure établie dans le présent décret.
  • b) Cours accrédités dans le cadre des programmes de formation réglementés au chapitre II du présent décret.
  • c) Liste des personnes ayant réussi les cours.

 

Article 14

Protection des données personnelles

 

  1. Le Ministère de la Santé et de la Consommation, en tant que responsable du traitement automatisé des données personnelles contenues dans les Registres créés par le présent décret, adoptera les mesures techniques, de gestion et d'organisation nécessaires pour garantir la confidentialité, la sécurité et l'intégrité des données. , conformément aux dispositions de la loi organique 15/1999, du 13 décembre, sur la protection des données personnelles.
  2. L'accès aux archives est soumis aux dispositions de la loi organique 15/1999 et aux dispositions de l'article 37 de la loi 30/1992, du 26 novembre, sur le régime juridique des administrations publiques et la procédure administrative commune.

 

Chapitre V

Infractions et sanctions

 

Article 15

Infractions et sanctions

 

  1. Conformément aux dispositions des articles 32 à 37 de la loi 14/1986 du 25 avril sur la santé générale et des articles 54 et suivants de la loi 5/2003 du 4 avril sur la santé des îles Baléares, le non-respect des obligations découlant de ce décret est considérée comme une infraction sanitaire.
  2. Nonobstant ce qui précède, en l'absence de personnel accrédité, en cas d'événement vital pouvant nécessiter une défibrillation, l'utilisation d'un défibrillateur externe semi-automatique par une personne qui n'a pas la formation réglementée dans le présent décret sera exonérée de responsabilité, comme tant que le contact est établi immédiatement avec le 112/061.

 

Première disposition complémentaire

 

Dès l'entrée en vigueur de ce décret, il est établi l'obligation pour les services d'urgence des îles Baléares d'avoir des équipes DESA dans leurs véhicules pour une intervention immédiate.

 

Deuxième disposition additionnelle

 

L'École d'administration publique des Baléares (EBAP) peut développer des programmes de formation concernant l'utilisation du DESA, adaptés au contenu minimum du programme qui figure à l'annexe I du présent décret sans nécessiter l'accréditation de la Direction générale de l'évaluation et de l'accréditation en tant qu'entité. .formateur, dans les conditions prévues à l'article 7 du présent décret.

 

Disposition transitoire unique

 

Les personnes physiques ou morales, publiques ou privées, qui font installer un DESA dès l'entrée en vigueur du présent décret, disposent d'un délai maximum de six mois pour se conformer aux dispositions du décret.

 

première disposition finale

 

Les titulaires du ministère de la santé et de la consommation, et du ministère de l'intérieur, sont habilités à édicter les dispositions d'aménagement nécessaires à l'application du présent décret, dans le cadre de leurs attributions respectives.

 

Deuxième disposition finale

Ce décret entrera en vigueur le lendemain de sa publication au Journal officiel des îles Baléares.

 

Palma, le 12 décembre 2008

El Presidente

Francesc Antich et Oliver

 

Le Ministre de la Santé et de la Consommation

Vicenç Thomas Mulet

Le ministre de l'Intérieur

Maria Angeles Lecinena Esteban

 

Téléchargez ici le réglementation sur les défibrillateurs DEA DESA aux îles Baléares

 

Nous sommes des installateurs de défibrillateurs et des points de sauvetage cardiaque

 

Neosalus Illes Balears nous réalisons des installations de défibrillateurs DEA, nous effectuons la maintenance et la formation des équipements en SVB et l'utilisation du défibrillateur pour se conformer à la réglementation sur les défibrillateurs externes semi-automatiques, services complets de cardioprotection aux îles Baléares. Contactez-nous à Illes Balears pour toute installation, maintenance ou réparation d'équipement AED dont vous pourriez avoir besoin, dans des établissements que nous certifions des espaces cardioprotégés à Illes Balears.

articles connexes

Image(s)
Entreprise de cardioprotection experte dans les espaces cardioprotégés avec services d'installation de défibrillateurs, maintenance et réparation d'équipements AED. Académie de secourisme certifiée avec cours Basic Life Support et utilisation du défibrillateur, formation 100% subventionnée.
Image(s)
Image(s)

Lo plus leido

Contact

PCiTAL, Bâtiment Incuba, Bureau 1.7, 25003 Lleida
neosalus@neosalus.com
+34 900 52 56 78

Assistance technique 24h/XNUMX

+34 646 20 26 16
+34 902 02 72 76
sat24@neosalus.com

Image(s)