Décret sur les défibrillateurs DEA DESA en Estrémadure

Réglementation des défibrillateurs en Estrémadure

DÉCRET 16/2019, du 12 mars, qui réglemente l'installation de défibrillateurs externes automatisés (DEA) dans le domaine non sanitaire, l'autorisation de leur utilisation et la formation qui y est associée.

La Constitution, dans son article 43, reconnaît le droit à la protection de la santé et déclare qu'il appartient aux pouvoirs publics d'organiser et de protéger la santé publique, par des mesures préventives et les prestations et services nécessaires.

La loi 14/1986 du 25 avril sur la santé générale a pour objet la réglementation générale de toutes les actions permettant de rendre effectif le droit à la protection de la santé et établit dans son article 6.4 que les actions des administrations des services de santé publique seront viser à garantir, entre autres, les soins de santé dans tous les cas de perte de santé.

Pour sa part, la loi 16/2003, du 28 mai, sur la cohésion et la qualité du système national de santé, inclut dans son article 2 la fourniture de soins de santé complets, comprenant à la fois sa promotion et la prévention des maladies. , assistance et rééducation, détaillant dans son article 11 les prestations de santé publique.

Le statut d'autonomie d'Estrémadure attribue, à l'article 9.1.24, à la Communauté autonome d'Estrémadure, la compétence exclusive en matière de santé et de santé publique en ce qui concerne l'organisation, le fonctionnement interne, la coordination et le contrôle des centres, services et établissements de santé, participation à la planification et à la coordination générale de la santé, ainsi qu'à la promotion de la recherche sanitaire et biomédicale.

En ce sens, la loi 10/2001, du 28 juin, sur la santé d'Estrémadure, prévoit dans son article 6 que les administrations publiques de la communauté autonome, dans le cadre de leurs compétences, garantiront le droit à la protection de la santé et à la santé soins aux citoyens, et établira des limitations et des mesures préventives concernant les activités publiques et privées qui peuvent avoir des conséquences négatives pour la santé.

De même, la loi 7/2011, du 23 mars, sur la santé publique d'Estrémadure, établit dans son article 8.c, comme attributions des administrations publiques, d'adopter autant de mesures que nécessaire pour éviter les risques pour la santé et la préserver. ; et en son article 28.1, il entend par prévention des maladies, des problèmes et des carences de santé, l'ensemble des actions et des services visant à réduire et, le cas échéant, à éliminer l'apparition de certaines maladies dans la population et à atténuer leurs conséquences par, entre autres, des actions individuelles et actions collectives, traitement précoce.

Les maladies cardiovasculaires constituent un problème important dans le domaine de la santé publique, car elles constituent la principale cause de décès dans le monde, au niveau national et dans la Communauté autonome d'Estrémadure. Parmi toutes les situations d'urgence sanitaire, l'arrêt cardiorespiratoire est considéré comme une situation unique dans laquelle l'objectif est de retrouver la vie, en évitant ou en minimisant les séquelles. Les causes les plus fréquentes de cette situation chez les adultes en milieu extra-hospitalier sont la fibrillation ventriculaire et la tachycardie ventriculaire sans pouls, et il est scientifiquement reconnu que la défibrillation électrique précoce est le moyen le plus efficace de prévenir les décès pour cette raison.

Une attention adéquate à l'arrêt cardiorespiratoire exige que la première personne qui arrive sur les lieux (premier intervenant) effectue une application rapide des actions envisagées dans la chaîne de survie, composée de quatre maillons interreliés : reconnaissance de la situation et alerte immédiate à la services d'urgence avant un éventuel arrêt; initiation précoce de la réanimation cardiorespiratoire (RCP) de base ; défibrillation précoce; et un support de vie avancé en quelques minutes.

La défibrillation électrique précoce est un traitement efficace contre la fibrillation ventriculaire, l'action du premier intervenant est donc essentielle. Le défibrillateur externe automatisé, automatique et semi-automatique, en raison de ses caractéristiques de fonctionnement et de sécurité, permet aux personnes ayant une éducation et une formation minimales d'effectuer des actions de défibrillation. Parce que leur utilisation ne nécessite pas de diagnostic clinique préalable, ces défibrillateurs sont adaptés à une utilisation par des personnes extérieures aux professions de santé.

Le décret royal 365/2009 du 20 mars, règlement de base de l'État en vertu des dispositions de l'article 149.1.16.a de la Constitution, établit les conditions et exigences minimales de sécurité et de qualité dans l'utilisation de défibrillateurs automatiques et semi-automatiques en dehors du domaine de la santé domaine, et confie aux Communautés autonomes la responsabilité d'établir les mécanismes de contrôle et d'inspection appropriés, ainsi que de promouvoir leur installation et leur coordination avec d'autres dispositifs.

En Estrémadure, avant l'approbation du décret royal 365/2009 du 20 mars, qui établit les conditions et les exigences minimales de sécurité et de qualité pour l'utilisation de défibrillateurs externes automatiques et semi-automatiques en dehors du domaine de la santé, l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical a été réglementée par le décret 10/2008 du 25 janvier, qui réglemente l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical et par l'arrêté du 23 octobre 2009, par lequel Les exigences minimales pour l'accréditation des entités et des activités de formation à l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical sont mises en place.

L'expérience accumulée depuis l'approbation du décret 10/2008 du 25 janvier, les innovations introduites dans les réglementations fondamentales de l'État, les preuves scientifiques disponibles à cet égard, le haut degré de sensibilisation de la société au problème de la mort cardiaque subite et la l'intérêt de l'administration sanitaire de la Junta de Extremadura pour promouvoir et faciliter l'utilisation de défibrillateurs dans le domaine non sanitaire, compte tenu de la possibilité d'améliorer les attentes de survie grâce à la solidarité citoyenne, rendent souhaitable l'approbation d'un nouveau règlement.

Le nouveau règlement introduit: l'obligation d'avoir ces défibrillateurs dans certains espaces où il y a une forte concurrence de personnes et où il y a une probabilité de survenue d'un arrêt cardiaque, la nécessité d'une autorisation pour l'utilisation de ces défibrillateurs et les entités qui dispensent la formation , ainsi que la création du "Registre de DEA Extremadura dans le domaine non sanitaire" et du "Registre de formation pour l'utilisation de DEA en Extremadura", qui intégreront ceux créés par le décret 10/2008 susmentionné, en optimisant leur services publics et être accessible au système d'urgence et d'urgence sanitaire d'Estrémadure et au centre de soins d'urgence 112 d'Estrémadure.

Le projet de décret a maintenu l'exigence d'une autorisation pour acquérir le statut de prestataire d'activités de formation, assumant ainsi une démarche qui sous-tend la volonté de maximiser les garanties liées à l'installation de ce type de dispositif au-dessus de toute autre considération, de sorte que la réglementation projetée se justifie par la pertinence des intérêts en jeu, qui ne sont autres que la protection de la santé des destinataires potentiels des défibrillateurs.

Dans cette disposition, le principe de l'égalité de traitement entre les femmes et les hommes a été pris en compte, conformément aux dispositions de la Constitution, dans la loi organique 3/2007, du 22 mars, pour l'égalité effective des femmes et des hommes. , et dans la loi 8/2011, du 23 mars, sur l'égalité entre les femmes et les hommes et contre la violence de genre en Estrémadure, en utilisant un langage inclusif afin de contribuer à la réalisation de l'égalité entre les femmes et les hommes. .

En vertu de ce qui précède, et conformément aux dispositions de l'article 90.2 de la loi 1/2002, du 28 février, du gouvernement et de l'administration de la Communauté autonome d'Estrémadure, après avoir entendu la Commission juridique d'Estrémadure, sur proposition du ministre de la santé et des politiques sociales et après délibération du conseil d'administration en sa séance du 12 mars 2019,

 

J'AI

 

CHAPITRE I

Dispositions Générales

 

Article 1

Objet et portée

 

Ce décret a pour objet de réglementer, dans le cadre de la Communauté autonome d'Estrémadure :

 

  • a) L'obligation de disponibilité de défibrillateurs externes automatisés, automatiques et semi-automatiques (ci-après DEA), dans certains espaces où il y a une forte fréquentation de personnes et où il existe une probabilité de survenue d'un arrêt cardiaque.
  • b) L'autorisation d'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire.
  • c) L'autorisation des entités qui dispensent des activités de formation à l'utilisation des DEA dans le domaine non sanitaire, ainsi que des instructeurs qui dispensent cette formation.
  • d) La création du "Registre de DEA Extremadura dans le domaine non sanitaire" et du "Registre de formation pour l'utilisation de DEA en Extremadura".

 

Article 2

Définitions

 

Au sens du présent décret, on entend par :

  1. a) Défibrillateur externe automatisé (DEA) : Dispositif médical destiné à analyser le rythme cardiaque, à identifier les arythmies mortelles nécessitant une défibrillation et à administrer, avec l'intervention d'une personne, un choc électrique afin de rétablir un rythme cardiaque viable avec un haut niveau de sécurité. Il comprend deux types :
  • — Défibrillateur externe automatique : L'appareil lui-même est celui qui exécute toute la séquence, y compris la décharge, avec laquelle l'utilisateur n'a qu'à l'allumer et suivre les étapes indiquées par l'appareil.
  • — Défibrillateur externe semi-automatique : L'action humaine comprend, en plus de l'allumer et de suivre les étapes indiquées, d'appuyer sur le bouton de défibrillation lorsque l'appareil l'indique.

Pour l'application du présent décret, l'abréviation DEA comprendra aussi bien les défibrillateurs externes automatiques que semi-automatiques, toutes les dispositions du décret leur étant applicables.

 b) Titulaire du DEA : Personne physique ou morale qui est propriétaire ou chargée de la gestion ou de l'exploitation de l'espace ou du lieu, public ou privé, où est installé un DEA dans le domaine non sanitaire.

c) Premier intervenant : Personne qui a un premier contact avec le patient et qui utilise un DEA dans le domaine non sanitaire.

d) Entité prestataire : Personne physique ou morale autorisée qui organise ou promeut une activité de formation à l'utilisation des DEA dans le domaine non sanitaire.

e) Instructeur : Personne qui dispense une formation à l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire.

f) Capacité : Occupation publique maximale accordée par l'autorité municipale correspondante ou permise par la réglementation en vigueur dans les établissements destinés à la célébration ou à la pratique de spectacles publics ou d'activités récréatives.

g) Établissements publics : Les bâtiments, locaux ou lieux accessibles au public, dans lesquels se déroulent des spectacles publics et des activités récréatives, sans préjudice du fait que lesdits spectacles et activités peuvent se dérouler dans des installations portatives, amovibles ou sur la route. et plus précisément les établissements inclus dans la liste jointe au Règlement général de police pour les spectacles publics et les activités récréatives, approuvé par le décret royal 2816/1982 du 27 août.

h) Centre d'enseignement : Centre d'enseignement où est enseigné l'enseignement non universitaire et universitaire, public ou privé.

i) Centre sportif : installation sportive qui dispose d'un ensemble d'espaces sportifs sous la même unité de gestion dans un emplacement commun de celle-ci.

j) Complexe sportif : Ensemble d'installations sportives proches et reliées les unes aux autres, avec plusieurs points d'accès différents aux différents espaces sportifs.

k) Installation sportive : Ensemble composé d'un ou plusieurs espaces sportifs et des espaces de services auxiliaires indispensables à son fonctionnement.

l) Installations sportives à accessibilité restreinte : les installations sportives rattachées à des centres d'utilisation non sportive prioritaires et qui ne sont pas accessibles à la population générale, mais qui fournissent un service exclusif aux centres militaires, de police et de sécurité, et aux prisons.

m) Equipement commercial collectif : Ensemble d'établissements commerciaux intégrés dans un immeuble ou un ensemble d'immeubles délimités par une enceinte unique avec des espaces intérieurs et/ou des éléments urbains communs, dans lesquels des activités sont exercées de manière indépendante, partageant à cet effet un image, gestion et/ou services communs.

n) Centre récréatif : espace climatisé pour les activités récréatives et de divertissement.

ñ) Lieu de travail : espace dans lequel les travailleurs doivent rester ou auquel ils doivent accéder pour des raisons professionnelles.

o) Responsable du traitement : La personne physique ou morale, l'autorité publique, le service ou tout autre organisme qui, seul ou conjointement avec d'autres, détermine les finalités et les moyens du traitement des données personnelles.

 

CHAPITRE II

Installation et utilisation de DEA dans le domaine non sanitaire

 

Article 3

Espaces requis pour avoir le DEA

 

Les espaces ou lieux suivants, publics ou privés, doivent obligatoirement disposer d'un DAE en conditions de fonctionnement adaptées et prêt à l'emploi immédiat :

 

  • a) Centres et équipements commerciaux, individuels ou collectifs, d'une surface de vente égale ou supérieure à 2.500 2 m2.500. S'ils sont répartis sur plusieurs étages, au moins deux DEA doivent être installés, l'un au rez-de-chaussée et l'autre à l'étage. Dans le cas d'établissements commerciaux collectifs, un DEA supplémentaire doit être installé dans chaque établissement commercial de celui-ci égal ou supérieur à 2 XNUMX mXNUMX de surface de vente.
  • b) Moyens de transport : aéroports et gares routières ou ferroviaires, pour les villes de plus de 30.000 XNUMX habitants.
  • c) Les services d'urgence non sanitaires qui peuvent être les premiers intervenants, tels que les pompiers, la police locale et la protection civile dans les villes de plus de 30.000 XNUMX habitants.
  • d) Installations, centres ou complexes sportifs ou récréatifs dont la capacité, compte tenu de tous les espaces sportifs disponibles, est égale ou supérieure à 700 personnes. Les installations sportives à accessibilité restreinte sont exclues.
  • e) Les établissements publics, lieux et installations dans lesquels se déroulent des spectacles publics, d'une capacité autorisée égale ou supérieure à 1.000 XNUMX personnes.
  • f) Centres d'enseignement d'une capacité égale ou supérieure à 500 élèves.
  • g) Centres de travail de plus de 250 travailleurs.

 

Article 4

Promotion de l'installation de DEA

 

  1. Les administrations sanitaires de la Communauté autonome d'Estrémadure, dans le cadre de leurs compétences, favoriseront l'installation et l'utilisation des DEA dans les lieux et les espaces où, même si elles n'y sont pas obligées, leur installation peut être considérée comme pratique car il y a une concentration ou un transit en eux un grand nombre de personnes.
  2. L'installation de DEA sera promue dans les espaces et lieux suivants :
  • — Centres et équipements commerciaux, individuels ou collectifs, d'une surface de vente égale ou supérieure à 1.000 2 mXNUMX.
  • — Stations de transports terrestres dans les villes de plus de 15.000 XNUMX habitants.
  • — Installations, centres, complexes sportifs ou récréatifs, publics ou privés, d'une capacité égale ou supérieure à 400 personnes.
  • — Les établissements publics, lieux et installations dans lesquels se déroulent des spectacles publics, d'une capacité autorisée égale ou supérieure à 500 personnes.
  • — Les services d'urgence non sanitaires qui peuvent être les premiers intervenants, tels que les pompiers, la police locale et la protection civile, dans les villes de plus de 5.000 XNUMX habitants.
  • — Centres résidentiels d'une capacité de plus de 80 lits, pour les personnes handicapées, les troubles mentaux, les troubles cognitifs, les personnes âgées ou tout autre groupe qui, en raison de leurs conditions particulières de vulnérabilité physique ou de risque psychosocial, le conseille.

 

Article 5

Obligations du titulaire du DEA

 

Les obligations du propriétaire de l'espace ou du lieu où est installé un DEA, qu'elles soient obligatoires ou volontaires, seront :

 

  1. Garantir que l'installation est conforme aux exigences du décret royal 365/2009 du 20 mars, qui établit les conditions et exigences minimales de sécurité et de qualité dans l'utilisation de défibrillateurs externes automatiques et semi-automatiques en dehors du domaine de la santé, et dans Royal Décret 1591/2009, du 16 octobre, qui réglemente les dispositifs médicaux, portant le marquage CE qui garantit leur conformité aux exigences essentielles qui leur sont applicables.
  2. Assurer son entretien et sa conservation.
  3. Les situer dans un espace visible et adapté à leur installation, et que leur emplacement soit signalé de manière claire et simple à l'aide de la signalisation universelle préconisée par l'International Resuscitation Coordination Committee (ILCOR) selon le modèle figurant à l'annexe I, constituée de l'étiquette correspondant au numéro de téléphone d'urgence 112 et les instructions pour son utilisation doivent être visibles. Cet emplacement doit être dûment identifié sur les plans ou plans informatifs du lieu, le cas échéant.
  4. Avoir du personnel autorisé à son utilisation, conformément aux dispositions de l'article 7 de la présente norme, pendant toute la durée d'ouverture de l'espace ou du lieu au public, sauf dans le cas d'appareils situés sur la voie publique. Le propriétaire du DEA désignera le personnel chargé de sa gestion, en privilégiant les personnes autorisées dont la localisation leur permet un accès facile.
  5. Fournir au préalable au personnel chargé de la gestion de la DEA la formation et la mise à jour des connaissances nécessaires à son utilisation, conformément aux dispositions du présent décret.
  6. Déclarer l'installation, le retrait ou la modification des données du DAE à l'autorité de santé.

 

Article 6

Déclaration responsable de l'installation, de la suspension, du retrait ou de la modification des données d'un DEA

 

  1. La personne titulaire du DEA sera tenue de présenter une déclaration responsable de l'installation, de la suspension, du retrait ou de la modification de ses données, avant sa réalisation, devant la Direction générale compétente pour les soins de santé du Service de santé d'Estrémadure (ci-après SES) .
  2. La déclaration responsable d'installation, de suspension, de retrait ou de modification des données d'un DEA sera faite conformément aux dispositions de l'annexe II du présent décret. Une fois complété, il peut être présenté dans les lieux visés à l'article 7.1 du décret 257/2009 du 18 décembre, qui établit un système de registre unique et réglemente ses fonctions administratives dans le domaine de l'administration de la Communauté autonome d'Estrémadure ou dans n'importe quel des lieux établis à l'article 16.4 de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune des administrations publiques, ainsi que par voie électronique, via l'adresse électronique http://sede.juntaex.es.
  3. La déclaration responsable de l'installation, de la suspension, du retrait ou de la modification des données d'un DEA aura pour effet son enregistrement correspondant d'office au "Registre du DEA Extremadura dans le domaine non sanitaire".

 

Article 7

Utilisation du DEA

 

  1. Toute utilisation de la DEA doit être précédée de la notification et de l'activation du centre de soins d'urgence 112 d'Estrémadure.
  2. L'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire doit être effectuée par des personnes autorisées à le faire :
  • a) Les personnes titulaires d'un diplôme ou d'un diplôme en médecine, d'un diplôme ou d'un diplôme en soins infirmiers ou de techniciens d'urgence sanitaire de niveau moyen.
  • b) Les personnes majeures qui prouvent qu'elles ont reçu une formation conformément aux dispositions de l'article 10 du présent décret et sont inscrites au "Registre de formation pour l'utilisation du DEA en Estrémadure", section "Personnes autorisées à utiliser le DEA en le domaine non sanitaire ».
  1. En l'absence de ce qui précède, n'importe qui peut appliquer la défibrillation à des fins thérapeutiques.
  2. L'enregistrement des incidents sera effectué par le centre de soins d'urgence 112 d'Estrémadure, à des fins d'information et d'utilisation statistique éventuelle.

 

CHAPITRE III

Formation à l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire

 

Article 8

Entités prestataires agréées d'activités de formation à l'utilisation des DEA dans le domaine non sanitaire

 

  1. Pour acquérir le statut de prestataire autorisé d'activités de formation à l'utilisation du DEA en Estrémadure, les personnes physiques ou morales intéressées doivent demander une autorisation à la Direction générale compétente pour la formation du Ministère chargé de la santé.
  2. Les travailleurs indépendants et les entités, publiques et privées, dont les activités comprennent une formation peuvent introduire une demande d'autorisation. Dans tous les cas, ils doivent répondre aux exigences suivantes :
  • a) Disposer d'une équipe d'enseignants, dont les instructeurs sont enregistrés et mis à jour dans le "Registre de formation pour l'utilisation du DEA en Estrémadure", section "Instructeurs pour l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire", parmi lesquels il y aura du personnel avec un diplôme ou licence en médecine, un diplôme universitaire ou diplômé en soins infirmiers, ou un technicien de niveau moyen en urgence sanitaire, pour diriger chacune des activités de formation à l'utilisation du DEA.
  • b) disposer de locaux permettant une formation théorique et pratique.
  • c) Disposer du matériel pédagogique permettant de dispenser la formation, conformément aux dispositions de l'Annexe V.
  • d) Avoir un programme de formation qui répond aux exigences et au contenu de base énoncés à l'annexe V.
  • e) En cas d'utilisation de logos et de marques pour leur activité de formation, ils doivent en avoir la propriété et l'enregistrement.
  1. La demande sera faite conformément aux dispositions de l'annexe III du présent décret. Une fois complété, il peut être présenté dans les lieux visés à l'article 7.1 du décret 257/2009 du 18 décembre, qui établit un système de registre unique et réglemente ses fonctions administratives dans le domaine de l'administration de la Communauté autonome d'Estrémadure ou dans n'importe quel des lieux établis à l'article 16.4 de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune des administrations publiques, ainsi que par voie électronique, via l'adresse électronique http://sede.juntaex.es.
  2. La demande doit être accompagnée de :
  • a) Programme de formation à enseigner dans les cours de formation initiale et de recyclage, adapté aux dispositions de l'annexe V.
  • b) Carte d'identification fiscale de l'entité requérante, ainsi que le code électronique fourni dans la communication de la carte accréditant le numéro d'identification fiscale. S'il s'agit d'un travailleur indépendant, ce seront les documents qui le prouvent (inscription au Trésor et à la Sécurité Sociale). Les organismes publics seront exemptés des exigences contenues dans cette section.
  1. Si la demande ou la documentation présentée ne répond pas aux exigences indiquées, ou si la documentation nécessaire n'est pas présentée, l'intéressé sera tenu de corriger le manque ou de fournir les documents dans les dix jours ouvrables à compter de la date de la demande obligatoire, en indiquant que si vous ne le faites pas, votre demande sera considérée comme retirée, après une résolution qui doit être émise dans les termes prévus à l'article 68.1 de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune aux administrations publiques.
  2. Une fois la demande correctement et complètement soumise avec la documentation requise, la direction générale compétente en matière de formation du ministère chargé de la santé procédera à l'émission et à la notification de la résolution correspondante dans un délai maximum de quatre mois. Passé ce délai sans résolution expresse, l'autorisation sera réputée accordée. Contre cette délibération, qui ne met pas fin à la procédure administrative, un recours peut être formé, dans un délai d'un mois, devant le responsable du ministère compétent en matière de santé, conformément aux dispositions des articles 121 et 122. de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune des administrations publiques.
  3. L'autorisation en tant qu'entité prestataire de formation pour l'utilisation du DEA sera valable trois ans, à compter de la date de la décision d'autorisation. Dans les trois mois précédant l'expiration de la durée de validité, les personnes intéressées peuvent demander son renouvellement, conformément au contenu établi à l'annexe III du présent décret. L'absence de demande de renouvellement dans le délai indiqué entraînera automatiquement l'expiration de l'autorisation.
  4. L'autorisation en tant qu'entité prestataire aura pour effet de l'inscrire dans le "Registre de la formation à l'utilisation du DEA en Estrémadure", section "Entités prestataires autorisées d'activités de formation à l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire".
  5. Il sera de la responsabilité des entités prestataires que les activités de formation organisées, tant la formation initiale que le recyclage, répondent aux exigences énoncées à l'annexe V. Si tel n'est pas le cas, elles seront considérées comme des activités invalides pour l'inscription ou le renouvellement des étudiants. dans le « Registre de formation pour l'utilisation du DEA en Estrémadure », section « Personnes autorisées à utiliser le DEA dans le domaine non sanitaire ».

 

Article 9

Formateurs à l'utilisation des DEA dans le domaine non sanitaire

 

  1. Pour pouvoir mener à bien les activités de formation à l'utilisation du DEA en Estrémadure, les instructeurs doivent être inscrits à la section "Enregistrement de la formation à l'utilisation du DEA à Estrémadure" de la section "Instructeurs en utilisation du DEA dans le domaine non médical". .
  2. Les personnes intéressées doivent solliciter cette inscription auprès de la Direction Générale chargée de la formation du Ministère chargé de la santé, devant remplir, le cas échéant, les conditions suivantes :
  • a) Détenir un agrément d'instructeur pour l'utilisation du DEA (aide à la vie de base, aide à la vie de base et défibrillation externe automatique, aide à la vie immédiate ou aide à la vie avancée) basée sur des activités de formation de formateurs agréées par le Conseil espagnol de réanimation cardiopulmonaire (CERCP), le Conseil européen de réanimation (ERC) ou l’American Heart Association (AHA).
  • b) Avoir la certification d'avoir participé, au cours des trois dernières années, en tant qu'intervenant à une activité de formation à l'utilisation de DEA reconnue par le CERCP, l'ERC, l'AHA ou par une entité prestataire enregistrée en Estrémadure, dans le cas où le La qualification d'instructeur requise dans la section précédente a été délivrée il y a plus de trois ans.
  • La demande doit être accompagnée de :
  1. a) Copie de la qualification d'accréditation en tant qu'instructeur à l'utilisation du DEA, reconnue par le CERCP, l'ERC ou l'AHA au cours des trois dernières années.
  2. b) Uniquement si la qualification d'instructeur date de plus de trois ans : attestation d'avoir participé au cours des trois dernières années en tant qu'intervenant à une activité de formation à l'utilisation des DEA reconnue par le CERCP, l'ERC, l'AHA ou par un entité de fournisseur enregistrée pour dispenser une formation DEA en Estrémadure.
  3. c) Aux fins de pouvoir exercer la Direction des activités de formation à l'utilisation du DEA, les personnes intéressées titulaires d'un diplôme ou d'un diplôme en médecine, d'un diplôme ou d'un diplôme en soins infirmiers ou d'un technicien en urgence sanitaire de niveau moyen, doit fournir ledit Titre.
  4. La demande sera faite conformément aux dispositions de l'annexe IV du présent décret. Une fois complété, il peut être présenté dans les lieux visés à l'article 7.1 du décret 257/2009 du 18 décembre, qui établit un système de registre unique et réglemente ses fonctions administratives dans le domaine de l'administration de la Communauté autonome d'Estrémadure ou dans n'importe quel des lieux établis à l'article 16.4 de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune des administrations publiques, ainsi que par voie électronique, via l'adresse électronique http://sede.juntaex.es.
  5. Si la demande ou la documentation présentée ne répond pas aux exigences indiquées, ou si la documentation nécessaire n'est pas présentée, l'intéressé sera tenu de corriger le manque ou de fournir les documents dans les dix jours ouvrables à compter de la date de la demande obligatoire, en indiquant que si vous ne le faites pas, votre demande sera considérée comme retirée, après une résolution qui doit être émise dans les termes prévus à l'article 68.1 de la loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune aux administrations publiques.
  6. Une fois la demande correctement et complètement soumise avec la documentation requise, la Direction générale compétente en matière de formation du ministère chargé de la santé procédera à l'inscription correspondante dans le "Registre de la formation à l'utilisation du DEA en Estrémadure", section "Instructeurs dans l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire". Cette inscription comportera expressément sa durée de validité qui sera de trois ans à compter de la date de délivrance du diplôme d'habilitation reconnu par le CERCP, l'ERC ou l'AHA ou de la certification visée au point 2.b) du présent article.
  7. Au cours des trois mois précédant son expiration, le renouvellement de cette inscription peut être demandé auprès de la Direction générale compétente en matière de formation du ministère chargé de la santé, avec le contenu établi à l'annexe IV et accompagné de l'attestation d'avoir participé, au cours de la dernière trois ans, en tant qu'intervenant dans une activité de formation à l'utilisation du DEA reconnue par le CERCP, l'ERC, l'AHA ou par une entité prestataire enregistrée en Estrémadure. Le renouvellement comportera expressément sa durée de validité, qui sera de trois ans. L'absence de demande de renouvellement dans le délai indiqué entraînera automatiquement l'expiration de l'enregistrement.

 

Article 10

Activités de formation à l'utilisation du DEA

 

  1. Les activités de formation à l'utilisation du DEA, dont les exigences de base et le contenu figurent à l'annexe V du présent décret, peuvent être des activités de formation initiale ou de recyclage, et sont destinées à acquérir les connaissances et compétences nécessaires au maintien de la vie de base et à la gestion adéquate des l'AED, afin de savoir comment agir dans les situations d'urgence et d'urgence chez les patients en arrêt cardiorespiratoire.
  2. Activités de formation à l'utilisation du DEA réalisées en Estrémadure :
  • a) Les activités de formation seront organisées et enseignées par les entités prestataires autorisées conformément au présent décret.
  • b) Chaque activité de formation aura une personne qui exerce sa direction, désignée par l'entité prestataire autorisée correspondante, parmi les instructeurs autorisés qui, en outre, ont un diplôme ou un diplôme en médecine, un diplôme ou un diplôme en soins infirmiers, ou technique /a dans les urgences sanitaires de niveau moyen.
  • c) Une fois l'activité de formation achevée, l'entité prestataire habilitée doit présenter à la Direction générale compétente en matière de formation du ministère chargé de la santé, dans un délai maximum de 20 jours ouvrables, un rapport de l'activité de formation réalisée , qui comprendra :
  1. — Programme de l'activité de formation dispensée.
  2. — Liste définitive des instructeurs et direction de l'activité de formation.
  3. — Liste définitive des personnes formées à l'utilisation du DEA, avec mention du nom, des deux prénoms et du DNI.
  • d) Les entités prestataires autorisées doivent délivrer le certificat correspondant accréditant l'achèvement de la formation aux personnes qui l'ont obtenue. L'attestation doit mentionner que la formation a été dispensée par une entité habilitée par la direction générale ayant des compétences de formation du ministère chargé de la santé, conformément au programme de formation établi à cet effet, et comporter la signature du représentant légal de l'entité. la personne qui assure la direction de l'activité.
  1. Activités de formation à l'utilisation du DEA réalisées dans d'autres Communautés Autonomes :
  • a) Les activités de formation reconnues par les autorités compétentes des autres CCAA doivent comprendre le contenu et la durée minimum établis à l'annexe V du présent décret.
  • b) Dans ce cas, ce sera la personne titulaire du DEA qui devra envoyer la documentation suivante à la Direction générale compétente en matière de formation du Ministère chargé de la santé :
  1. — Attestation de fin d'activité de formation initiale ou de recyclage, réalisée au cours des trois dernières années, indiquant que l'entité prestataire qui la délivre est agréée dans la Communauté Autonome correspondante.
  2. — Programme de formation de l'activité de formation, indiquant la durée (heures pratiques et théoriques) et le contenu reçu.

Une fois la documentation fournie examinée et le respect des exigences requises vérifié par la Direction générale compétente en matière de formation du Ministère chargé de la santé, cette dernière procédera à l'inscription d'office des personnes formées au « Registre des formations pour l'utilisation du DEA en Estrémadure », rubrique « Personnes autorisées à utiliser le DEA dans le domaine non sanitaire ». Cette inscription sera valable trois ans à compter de la date de fin de l'activité de formation DEA à l'utilisation, et pourra être renouvelée, pour des périodes de même durée, par une activité de formation DEA à l'utilisation et au recyclage. Le défaut de réussir ou de participer à cette formation de recyclage pendant toute la durée de l'inscription entraînera son expiration, automatiquement.

 

CHAPITRE IV

Archives

 

Article 11

Documents administratifs

 

  1. Afin de pouvoir effectuer le suivi et le contrôle nécessaires des activités réglementées dans le présent décret, les enregistrements suivants sont créés conformément aux dispositions de la réglementation en vigueur en matière de traitement et de protection des données personnelles :
  • a) "Enregistrement de DEA Extremadura dans le domaine non sanitaire": Il sera rattaché à la Direction générale compétente en matière de soins de santé du SES, qui exercera les fonctions de responsable du traitement des données personnelles. Le but de ce registre sera de fournir au système d'urgence sanitaire et d'urgence d'Estrémadure une carte complète du déploiement dans la communauté autonome des DEA installés dans le domaine non sanitaire, afin d'améliorer l'efficacité et l'efficience des soins. réponse à un arrêt cardiaque, et connaître les données liées à leur utilisation.

Toutes les données contenues dans les déclarations responsables à l'autorité sanitaire pour l'installation, la suspension, le retrait ou la modification des données d'un DEA dans le domaine non sanitaire seront enregistrées dans ce registre.

 

  1. b) "Dossier de formation pour l'utilisation du DEA en Estrémadure": Il sera rattaché à la Direction générale compétente en matière de formation du Ministère chargé de la santé, qui exercera les fonctions de responsable du traitement des données personnelles . Ce registre sera structuré en trois sections :
  • — Section I. Entités prestataires autorisées d'activités de formation à l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire: Les entités prestataires autorisées à dispenser une formation à l'utilisation du DEA seront enregistrées.
  • —Section II. Instructeurs à l'utilisation du DEA dans le domaine non sanitaire: Ceux qui ont l'intention de dispenser une formation à l'utilisation du DEA en Estrémadure seront inscrits.
  • — Titre III. Personnes autorisées à utiliser le DEA dans le domaine non sanitaire : ces personnes autorisées seront enregistrées. Il contiendra les données d'identification personnelles, les dates d'émission des certificats d'autorisation individuels et leurs dates de renouvellement.
  1. Les droits d'annulation, de rectification et d'opposition peuvent être exercés devant les organismes responsables du traitement des données personnelles incluses dans les enregistrements créés dans cet article.

Les organismes responsables du traitement, sous la direction supérieure du chef du ministère compétent en matière de santé, adopteront les mesures de gestion et d'organisation nécessaires, garantissant, dans tous les cas, l'utilisation des données qui y sont contenues aux fins prévues, ainsi que celles conduisant à rendre effectives la confidentialité, la sécurité et l'intégrité des données et autres garanties, obligations et droits reconnus dans la réglementation en vigueur sur la protection des données personnelles.

  1. La modification des données relatives aux personnes ou entités enregistrées peut être effectuée par :
  • a) Déclaration de responsabilité conformément aux dispositions de l'annexe II pour les modifications des données collectées dans le registre DEA Extremadura dans le domaine non sanitaire.
  • b) Déclaration de responsabilité conformément aux dispositions de l'annexe VI lorsque la modification se rapporte aux données du registre de formation pour l'utilisation du DEA en Estrémadure.

 

CHAPITRE V

Contrôle, infractions et sanctions

 

Article 12

Inspection et contrôle

 

  1. Les directions de la santé de chacune des zones de santé de la Communauté autonome d'Estrémadure effectueront des actions d'inspection et de contrôle des exigences d'installation de la DEA et des entités prestataires autorisées à la formation, afin de garantir le respect conformément aux dispositions de cette règle.
  2. L'inexactitude, la fausseté ou l'omission de nature essentielle, dans l'une quelconque des données des déclarations responsables présentées, après audition de la personne concernée, entraîne la nullité de la procédure et empêche la poursuite de l'exercice de l'activité à partir du moment où il en est prouvé, sans préjudice de l'engagement des actions pertinentes et de l'exigence des responsabilités prévues par la législation en vigueur. Dans le cas d'activités soumises à un régime d'autorisation préalable, la vérification ultérieure du non-respect des conditions nécessaires à son octroi peut entraîner la révocation de l'autorisation, avant l'engagement de la procédure légale correspondante.

 

Article 13

Les infractions

 

Le non-respect des obligations établies dans le présent décret sera considéré comme une infraction administrative, conformément aux dispositions de la loi 10/2001, du 28 juin, sur la santé d'Estrémadure, et donnera lieu, instruction préalable de la procédure appropriée, au l'imposition des sanctions administratives correspondantes.

 

Article 14

sanctions

 

  1. Les infractions seront sanctionnées par des amendes et d'autres mesures prévues à l'article 53 de la loi 10/2001, du 28 juin, sur la santé d'Estrémadure.
  2. L'ouverture, l'instruction et la résolution des procédures disciplinaires pour les infractions incluses dans le présent décret, correspondront aux organes du ministère chargé de la santé et du service de santé d'Estrémadure qui sont visés dans le présent décret.

 

Première disposition complémentaire

École des sciences de la santé et des soins sociaux de santé

 

Le statut de fournisseur autorisé d'activités de formation pour l'utilisation du DEA est attribué à l'École des sciences de la santé et des soins socio-sanitaires d'Estrémadure, en tant qu'organisme public qui élabore et exécute des programmes de formation et de perfectionnement.

 

Deuxième disposition additionnelle

accès à l'information

 

Afin d'obtenir des informations relatives à ce règlement, les citoyens peuvent y accéder via l'adresse électronique du Portail Citoyen de la Junta de Extremadura : http://ciudadano.juntaex.es

 

Disposition transitoire unique

Période d'adaptation

 

  1. Les détenteurs d'espaces dotés d'un DEA dès l'entrée en vigueur de ce décret disposeront d'un délai de six mois pour s'adapter à la satisfaction des exigences qui y sont imposées.
  2. Les titulaires d'espaces tenus par ce décret d'installer un DEA, mais qui n'en disposent pas lors de son entrée en vigueur, disposeront d'un délai de douze mois pour s'adapter au respect des prescriptions.

 

Disposition dérogatoire unique

Abrogation réglementaire

 

Décret 10/2008, du 25 janvier, qui réglemente l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes par du personnel non médical, et Arrêté du 23 octobre 2009, qui établit les exigences minimales d'accréditation pour les entités et les activités de formation pour l'utilisation de défibrillateurs semi-automatiques externes défibrillateurs par du personnel non médical.

 

première disposition finale

Développement et exécution

 

Le ministre de la santé et des politiques sociales est habilité à prendre les dispositions nécessaires à l'élaboration et à l'application des dispositions du présent décret.

 

Deuxième disposition finale

Entrée en vigueur

 

Ce décret entrera en vigueur trois mois après sa publication au Journal officiel d'Estrémadure.

Mérida, le 12 mars 2019.

 

Le Président de la Junta de Extremadura,

GUILLERMO FERNANDEZ VARA

 

Le Ministre de la Santé et des Politiques Sociales,

JOSE MARIA VERGELES BLANCA

 

Téléchargez ici le réglementation sur les défibrillateurs DEA DESA en Estrémadure

 

Nous sommes des installateurs de défibrillateurs et des points de sauvetage cardiaque

 

Neosalus Extremadura nous réalisons des installations de défibrillateurs DEA, nous effectuons la maintenance et la formation des équipements en SVB et l'utilisation du défibrillateur pour se conformer à la réglementation sur les défibrillateurs externes semi-automatiques, des services complets de cardioprotection en Estrémadure. Contactez-nous en Estrémadure pour toute installation, maintenance ou réparation d'équipements DEA dont vous pourriez avoir besoin, dans des installations que nous certifions des espaces cardioprotégés en Estrémadure.

articles connexes

Image(s)
Entreprise de cardioprotection experte dans les espaces cardioprotégés avec services d'installation de défibrillateurs, maintenance et réparation d'équipements AED. Académie de secourisme certifiée avec cours Basic Life Support et utilisation du défibrillateur, formation 100% subventionnée.
Image(s)
Image(s)

Lo plus leido

Contact

PCiTAL, Bâtiment Incuba, Bureau 1.7, 25003 Lleida
neosalus@neosalus.com
+34 900 52 56 78

Assistance technique 24h/XNUMX

+34 646 20 26 16
+34 902 02 72 76
sat24@neosalus.com

Image(s)